addad

addad

mardi 19 janvier 2016

ADDAD-Mali face aux autorités



ADDAD-Mali face aux autorités
Conférence de plaidoyer

Les aides ménagères à pied d’œuvre
Une forte délégation de l’Association de Défense des Droits des Aides Ménagères et Domestiques (ADDAD) a pris part à la conférence nationale de plaidoyer que la Fondation Terre des Hommes Lausanne (TDH) a organisé hier jeudi 14 janvier 2016 à l’hôtel Onomo en partenariat avec la Coalition Malienne de Défense des Droits des Enfants (Comade).
De par la constitution du 25 février 1992, le Mali s’engage pour la promotion et la protection des droits des enfants. Dans cette dynamique, des instruments politiques et des textes nationaux ont été élaborés et adoptés pour le respect des droits et la protection des enfants, notamment la politique nationale pour la  protection et la promotion des enfants au Mali adoptée en 2014, le Code de protection des enfants en cours d’élaboration et le Code du  travail du Mali avec des éléments spécifiques sur le travail des enfants. La mobilisation des enfants concerne très souvent les enfants travailleurs domestiques, les vendeurs ambulants, les enfants talibés, les enfants mendiants, les enfants de la rue, entre autres.
Selon les constats, au cours des vastes déplacements migratoires, ces enfants et ces jeunes sont particulièrement exposés à diverses violations de leurs droits : aux abus, à la négligence, à l’exploitation sexuelle, traite, à la délinquance juvénile, à la mendicité, à l’intégrisme religieux, à l’association aux groupes armés. Il ressort des données que beaucoup d’entre eux disposent de très peu d’accompagnement, de soutien, d’accès aux services sociaux de base et de prise en charge de qualité.  Aujourd’hui, les réalités montrent plusieurs facettes de cette mobilité et tendent plutôt vers une compréhension du phénomène, et par  conséquent un besoin d’accompagnement à travers des actions concrètes, mécanismes et dispositifs qui assurent de façon appropriée une meilleure protection aux enfants en mobilité. C’est pourquoi, cette conférence nationale de plaidoyer à l’endroit des plus hautes autorités du Mali avait pour thème : « Mettre en place des dispositifs multisectoriels d’accompagnement protecteur des mineurs migrants non accompagnés ».
Elle vise à :
Améliorer les dispositifs et mécanismes institutionnels pour une meilleure protection des mineurs migrants non accompagnés au Mali ; informer les décideurs nationaux, les partenaires techniques et financières sur l’approche mobilité et la situation des enfants migrants non accompagnés au Mali et en Afrique de l’Ouest ; inciter les décideurs nationaux et les responsables des structures techniques de l’Etat à prendre en compte la protection de l’enfant et à mettre en place des dispositifs et mécanismes d’accompagnement des mineurs migrants non accompagnés ; inciter les décideurs nationaux et les responsables des structures techniques à s’engager et à prendre des actions concrètes concernant la révision des accords bilatéraux, la ratification de la convention 189 de l’IT, et l’amélioration des conditions de vie et de travail des enfants mineurs non accompagnés, l’adaptation des textes aux besoins de protection des enfants concernés par la mobilité ; offrir un espace d’interpellation directe des autorités par les enfants en mobilité sur leurs situation,  proposer des alternatives pour l’amélioration des conditions des enfants en général et ceux concernés par les mobilités ; présenter aux plus hautes autorités la déclaration des enfants en situation de mobilité pour des actions concrètes et immédiates en faveur d’un meilleur accompagnement des enfants le long de leurs parcours migratoires.
Les aides ménagères et domestiques qui constituent aussi des couches vulnérables ont activement pris part à cette rencontre nationale de plaidoyers. Elles avaient à leur tête, leur présidente, Mme Sitan Fofana. Selon elle, leur association a été créée pour faire entendre la voix de celles qui subissaient sans rien dire. Pour elle, leur organisation ne ménage aucun effort pour défendre les droits des aides ménagères et domestiques. Aux dires de Sitan Fofana, à travers cet atelier, il s’agit d’informer les plus hautes autorités de notre pays sur les difficultés auxquelles les enfants en situation de mobilité font face. Les aides ménagères et domestiques occupent une place de choix dans ce lot. «  Nous mettrons à profit cet atelier pour mettre un accent particulier sur nos différentes difficultés afin de trouver des solutions. C’est dans les villes que nous sommes considérées comme des choses à tout faire, certaines familles d’emploi nous font subir toutes sortes de violation, c'est-à-dire des violations verbales, des agressions physiques et des viols ».
Elle estime que les droits des aides ménagères peuvent d’ores et déjà connaitre des avancées concrètes par l’application du décret 96-178/P-RM du 13 juin 1996 portant l’application de diverses dispositions de la loi n°92-20 du 23 septembre 1992 portant Code du Travail. C’est pourquoi, elle a insisté sur l’application de l’article L.86, et l’article D 86-10 sur les conditions générales d’emploi et de rémunération du personnel de maison. Elle estime que l’application des textes les concernant constitue un véritable problème au Mali.
Tougouna  A TRAORE/Nouvel Horizon 


Aucun commentaire:

Publier un commentaire